Poème 'Trois Étoiles' de Robert DESNOS dans 'Les Ténèbres'

Trois Étoiles

Robert DESNOS
Recueil : "Les Ténèbres"

J’ai perdu le regret du mal passé les ans.
J’ai gagné la sympathie des poissons.
Plein d’algues, le palais qui abrite mes rêves est un récif
et aussi un territoire du ciel d’orage
et non du ciel trop pâle de la mélancolique divinité.
J’ai perdu tout de même la gloire que je méprise.
J’ai tout perdu hormis l’amour, l’amour de l’amour,
l’amour des algues, l’amour de la reine des catastrophes.
Une étoile me parle à l’oreille :
Croyez-moi, c’est une belle dame
Les algues lui obéissent et la mer elle-même se transforme en robe de cristal
quand elle paraît sur la plage.
Belle robe de cristal tu résonnes à mon nom.
Les vibrations, ô cloche surnaturelle, se perpétuent dans sa chair
Les seins en frémissent.
La robe de cristal sait mon nom
La robe de cristal m’a dit :
« Fureur en toi, amour en toi
Enfant des étoiles sans nombre
Maître du seul vent et du seul sable
Maître des carillons de la destinée et de l’éternité
Maître de tout enfin hormis de l’amour de sa belle
Maître de tout ce qu’il a perdu et esclave de ce qu’il garde encore.
Tu seras le dernier convive à la table ronde de l’amour
Les convives, les autres larrons ont emporté les couverts d’argent.
Le bois se fend, la neige fond.
Maître de tout hormis de l’amour de sa dame.
Toi qui commandes aux dieux ridicules de l’humanité
et ne te sers pas de leur pouvoir qui t’es soumis.
Toi, maître, maître de tout hormis de l’amour de ta belle »
Voilà ce que m’a dit la robe de cristal.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lapin de cristal
    ------------

    Robert ayant chanté dans les temps de galère
    Gagne la sypathie du lapin transparent
    À qui souvent il dit un poème marrant,
    Un madrigal subtil, une fable légère.

    Le lapin lui apprend l'amour des catastrophes,
    Le sens du minéral, l'humour du végétal ;
    Il lui dévoile aussi son âme de cristal
    Et lui récite un psaume aux immortelles strophes.

    Ils portent tous les deux des boucliers de sable
    Où parfois se reflète une lune d'argent ;
    Les proverbes farceurs que tous deux vont forgeant
    Font rire queques trolls, sans être impérissables.

  2. Fragilité du cristal
    ----------------------

    Conserver du cristal, parfois, c'est la galère ;
    On l'égare parfois, car il est transparent,
    Et puis il se fracture, et ce n'est pas marrant,
    En cas de collision, vois-tu, même légère.

    Ce n'est pas, dit le sage, une vraie catastrophe,
    Puisqu'on devait s'attendre à l'incident fatal :
    Et la plus juste action, pour le deuil d'un cristal,
    C'est d'en faire mention dans une brève strophe.

    Cristal qui traversas les longues nuits de sable,
    Tu savais refléter les grands astres d'argent ;
    Et quand tu n'es plus là, nos coeurs se vont forgeant
    De ton brillant aspect l'image impérissable.

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto