Poème 'Voici que je quitte lentement la trentaine' de guillaumePrevel

Accueil > Les membres > Page de poésie de guillaumePrevel > Voici que je quitte lentement la trentaine

Voici que je quitte lentement la trentaine

guillaumePrevel

Voici que je quitte lentement la trentaine
Finis les temps sublimes et radieux
Rides bien plus que cernes naissent aux coins de mes yeux
Voilà donc que je passe la porte de la quarantaine!

Si tôt déjà, s’étend devant moi le voile de la nuit
Il n’y a pas vraiment eu de matin
Était-ce donc à dessein
De nous donner si peu de vie?

Les ombres dans nos existences trop vite grandissent
Quand nos doux et frêles jours rapetissent
Dans l’aube toujours plus affaiblie!…

Ne reste alors que misère et détresse
Pour seules véritables maîtresses
De nos jours finissants.

23 MAI 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS