Poème 'Nues' de Raymond RADIGUET

Nues

Raymond RADIGUET

Au regard frivoles les nues
Se refusent selon la nuit
Vers l’aurore sans plus de bruit
Dormez chère étoile ingénue

Sous les arbres de l’avenue
Les amours ne sont plus gratuits
Au regard frivoles les nues
Se refusent selon la nuit

Deux étoiles à demi nues
Semblables soeurs nées à minuit
Chacune son tour nous conduit
À des adresses inconnues
De vos regards frivoles nues

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dieu des antipodes
    ----------------------

    D'un petit dieu, la forme nue
    S'anime, soudain, dans la nuit ;
    Il en provient un léger bruit,
    Comme d'une souris menue.

    Puis il s'en va dans l'avenue,
    Il veut y boire un coup gratuit ;
    Car personne ici ne le fuit,
    Nous l'arrosons sans retenue.

    Mais, pour des raisons inconnues,
    On n'entend plus parler de lui ;
    Il dort, peut-être, au fond d'un puits,
    Ce dieu aux pensées saugrenues.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS