Poème 'À Jules de Prémaray' de Théodore de BANVILLE dans 'Odelettes'

À Jules de Prémaray

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Odelettes"

Lecteur, prompt à nous consoler,
Toi qui sais encore voler,
Comme l’abeille, au miel attique,
Ton enthousiaste rumeur
Encourage le doux rimeur,
O voix émue et sympathique !

O mon ami, c’est déjà vieux !
Depuis dix ans, les envieux,
Acharnés sur la même lime,
Ensanglantent leurs yeux ardents,
Et viennent se briser les dents
Contre l’acier pur de ma rime.

O Poésie ! ange fatal !
Des fous marchent d’un pied brutal
A travers tes Édens splendides,
Comme, aux approches de la nuit,
Par les déserts de fleurs s’enfuit
Le troupeau des buffles stupides.

Mais croissez, pervenches et thym !
Comme ces lueurs du matin
Qu’enveloppent en vain des voiles,
O symboles de mes amours !
C’est vous seuls qui vivrez toujours,
Printemps, lauriers, chansons, étoiles !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto