Poème 'Anima gemella' de guillaumePrevel

Anima gemella

guillaumePrevel

J’avais déposé mon âme
Sur ce cœur qui ne pouvait aimer;
J’espérais par un souffle, une flamme
Raviver ce corps où la vie s’était retirée!

Mais la belle était déjà morte
Et ses beaux yeux séchés plein de charme
Ne suintaient plus les larmes
Ni la joie que l’insouciante jeunesse porte.

L’abîme de la mort nous séparait cruellement
Et je gardais longtemps en mon cœur;
Ce revers de fortune, tellement…
Longtemps je pleurais la perte de cette âme soeur!

Aujourd’hui des gouttes tombent sur la feuille,
Mais ce ne sont plus des pleurs
Qui coulent de mon âme en deuil;
Mais la vie de l’Amour qui se meurt!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS