Poème 'Ariette' de Jean MORÉAS dans 'Les Syrtes'

Ariette

Jean MORÉAS
Recueil : "Les Syrtes"

Tu me lias de tes mains blanches,
Tu me lias de tes mains fines,
Avec des chaînes de pervenches
Et des cordes de capucines.

Laisse tes mains blanches,
Tes mains fines,
M’enchaîner avec des pervenches
Et des capucines.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Cupidon fleuriste
    --------

    L'amour aux saveurs de pervenche
    A des reflets de capucine ;
    Tu m'as fait passer des nuits blanches,
    Muse qui mon coeur déracines.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS