Poème 'Aurora' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Aurora

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

appareillage d’un brick corsaire

« Quand l’on fut toujours vertueux
L’on aime à voir lever l’aurore… »

Cent vingt corsairiens, gens de corde et de sac,
À bord de la Mary-Gratis, ont mis leur sac.
– Il est temps, les enfants ! on a roulé sa bosse…
Hisse ! – C’est le grand-foc qui va payer la noce.
Étarque ! – Leur argent les fasse tous cocus !…
La drisse du grand-foc leur rendra leurs écus…
– Hisse hoé !… C’est pas tant le gendarm’ qué jé r’grette !
– Hisse hoà !… C’est pas ça ! Naviguons, ma brunette !

Va donc Mary-Gratis, brick écumeur d’Anglais !
Vire à pic et dérape !… – Un coquin de vent frais
Largue, en vrai matelot, les voiles de l’aurore ;

L’écho des cabarets de terre beugle encore…
Eux répondent en chœur, perchés dans les huniers,
Comme des colibris au haut des cocotiers :
« Jusqu’au revoir, la belle,
« Bientôt nous reviendrons… »

Ils ont bien passé là quatre nuits de liesse,
Moitié sous le comptoir et moitié sur l’hôtesse…
« …Tâchez d’être fidèle,
« Nous serons bons garçons… »

– Évente les huniers !… C’est pas ça qué jé r’grette
– Brasse et borde partout !… Naviguons, ma brunette !
Adieu, séjour de guigne !… Et roule, et cours bon bord…
Va, la Mary-Gratis ! – au nord-est quart de nord. –

… Et la Mary-Gratis, en flibustant l’écume,
Bordant le lit du vent se gîte dans la brume.
Et le grand flot du large en sursaut réveillé
À terre va bâiller, s’étirant sur le roc :
Roul’ ta bosse, tout est payé
Hiss’ le grand foc !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ils cinglent déjà loin. Et, couvrant leur sillage,
La houle qui roulait leur chanson sur la plage
Murmure sourdement, revenant sur ses pas :
– Tout est payé, la belle !… ils ne reviendront pas.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Tristan CORBIERE

Portait de Tristan CORBIERE

Édouard-Joachim Corbière, dit Tristan Corbière, né le 18 juillet 1845 au manoir de Coat-Congar à Morlaix (Finistère) et mort le 1er mars 1875 à Morlaix, est un poète français. Il est né de l’union d’Édouard Corbière et d’Angélique Aspasie Puyo que 33 ans séparent : à sa naissance, son père est âgé de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto