Poème 'Sept ballades de bonne foi – Ballade de la bonne habitude' de François COPPÉE dans 'Les Paroles sincères'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François COPPÉE > Sept ballades de bonne foi – Ballade de la bonne habitude

Sept ballades de bonne foi – Ballade de la bonne habitude

François COPPÉE
Recueil : "Les Paroles sincères"

J’ai trop rimé. Je devrais clore
Ma porte à cet instinct pervers.
Plus une rime que j’ignore !
Que de feuillets et de revers
Furent par moi d’encre couverts !
J’aurais droit à la lassitude.
Mais non. Je fais toujours des vers
Pour n’en pas perdre l’habitude.
Poésie, ô grelot sonore,

Pour toi, que d’ennuis j’ai soufferts !
Car la foule à peine t’honore.
Nos livres, rarement ouverts,
Seront bientôt mangés des vers.
Qu’importe ! Dans ma solitude,
Je me mets la tête à l’envers,
Pour n’en pas perdre l’habitude.

Puis, la blonde enfant que j’adore,
Malgré mon front chargé d’hivers,
Aux mois fleuris, veut bien encore
Avec moi courir à travers
Le bois où sifflent les piverts ;
Et je lui dis ma gratitude
En rythmes légers et divers,
Pour n’en pas perdre l’habitude.

ENVOI

Muse au front ceint de lauriers verts,
Loin de la vile multitude,
Chantons l’admirable univers
Pour n’en pas perdre l’habitude.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quoi, François, tu es toujours vert ?
    Plonge-toi donc dans une étude
    Qui rime à tort et à travers,
    Selon ta charmante habitude !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS