Poème 'Calypso' de guillaumePrevel

Calypso

guillaumePrevel

«Quand reverrais-je les rives d’Ithaque?»
Ainsi se morfondait Ulysse sur l’ile lointaine
Tandis que dans le ciel s’approchait une forme humaine
Que ne vit pas le fils de Laërte doué pour la ruse et l’attaque

Traversant l’éther, Hermès aux sandales d’or
Se posa léger comme la plume, dans la grotte profonde
Où Calypso la sublime déesse à la chevelure blonde
Tissait délicatement une toile avec sa navette en or

Hermès émerveillé par la beauté de la muse transmis l’ordre divin
De Zeus afin que soit délivré le héros grec
Qui avait le cœur brisé par mille chagrins

Alors, Calypso consentit à libérer son bel héros
Qui après une dernière étreinte d’amour passionné
S’élança sur la mer noire de menaces, sur son frêle radeau.

14 avril 2021

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS