Poème 'Complainte du pauvre jeune homme' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Complainte du pauvre jeune homme

Complainte du pauvre jeune homme

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Sur l’air populaire :
« Quand le bonhomm’ revint du bois.»

Quand ce jeune homm’ rentra chez lui, Quand ce jeune homm’ rentra chez lui;
Il prit à deux mains son vieux crâne,
Qui de science était un puits!
Crâne
Riche crâne,
Entends-tu la Folie qui plane ?
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Et qui demande le cordon,
Digue dondaine, digue dondon!

Quand ce jeune homm’ rentra chez lui, Quand ce jeune homm’ rentra chez lui;
Il entendit de tristes gammes,
Qu’un piano pleurait dans la nuit!
Gammes,
Vieilles gammes,
Ensemble, enfants, nous vous cherchâmes!
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondaine,
Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondon!

Son mari m’a fermé sa maison,
Digue dondaine, digue dondon!
Quand ce jeune homm’ rentra chez lui, Quand ce jeune homm’ rentra chez lui;
Il mit le nez dans sa belle âme,
Où fermentaient des tas d’ennuis!
Âme,
Ma belle âme,
Leur huile est trop sal’ pour ta flamme!
Puis, nuit partout! lors, à quoi bon?
Digue dondaine, digue dondaine,
Puis, nuit partout! lors, à quoi bon?
Digue dondaine, digue dondon!

Quand ce jeune homm’ rentra chez lui, Quand ce jeune homm’ rentra chez lui;
Il vit que sa charmante femme,
Avait déménagé sans lui!
Dame,
Notre-Dame,
Je n’aurai pas un mot de blâme!
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon (1)
Digue dondaine, digue dondaine,
Mais t’aurais pu m’laisser l’charbon,
Digue dondaine, digue dondon!

Lors, ce jeune homme aux tels ennuis,
Lors, ce jeune homme aux tels ennuis;
Alla décrocher une lame,
Qu’on lui avait fait cadeau avec l’étui!
Lame,
Fine lame,
Soyez plus droite que la femme!
Et vous, mon Dieu, pardon! pardon!
Digue dondaine, digue dondaine,
Et vous, mon Dieu, pardon! pardon!
Digue dondaine, digue dondon!

Quand les croq’morts vinrent chez lui, Quand les croq’morts vinrent chez lui;
Ils virent qu’c'était un’belle âme,
Comme on n’en fait plus aujourd’hui!
Âme,
Dors, belle âme!
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondaine,
Quand on est mort c’est pour de bon,
Digue dondaine, digue dondon!

(1) Pour s’asphyxier.

Poème préféré des membres

ATOS a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Quand il entra en paradis, Quand il entra en paradis;
    Fut consolé par Notre Dame,
    Disant "Ne te crois pas maudit"
    Dame,
    Ô Notre Dame !
    L'éternité, c'est donc bien long,
    Digue dondaine, digue dondaine,
    L'éternité, c'est donc bien long,
    Digue dondaine, digue dondon!

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto