Poème 'Corbeaux noirs' de guillaumePrevel

Corbeaux noirs

guillaumePrevel

Comme de noirs corbeaux
Rassemblés sur le mur d’un cimetière
Ils comptent les urnes funéraires
Qui sortent des hôpitaux

Revêtus de sombres soutanes
Ils annoncent cyniquement la catastrophe
Sans qu’aucune apostrophe
Ne sorte des bouches profanes

Alors, s’avance certains soirs
Le maître des curés défroqués
La voix blanche et la larme fabriquée
Le grand créateur de désespoir

Qui ruine le pays depuis tant d’années déjà
Et qui abruti de certitude et de lumière
Nous abreuve de sa voix somnifère
La litanie quotidienne des dégâts

Ainsi, l’évêque scélérat et ses frères maudits
Essayent avec peine de se dédouaner
Tant empeste leur criminalité
Sur leurs sinistres et grands habits

Les faits dit-on sont têtus!
Et malgré leurs efforts tardifs
Personne n’oubliera les allées de grands ifs
Qui se sont dressés et qu’ont parcouru

Les vies fauchées des pauvres âmes
Que ces misérables nochers des enfers
Ont précipité trop tôt dans les profondeurs de la terre
Où dans les fourneaux aux grandes flammes

Soyez maudits!…fossoyeurs!…
Vous tous qui avez failli par arrogance
Et qui vénérez cette sinistre présidence
Comme des disciples fous adorateurs

De Satan; soyez punis assassins
Qui trompez les peuples de vos mensonges
Et n’oubliez jamais que la colère qui nous ronge
Finit toujours pas rejaillir sur les malandrins.

1 avril 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS