Poème 'Corde' de Robert DESNOS dans 'C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »'

Corde

Robert DESNOS
Recueil : "C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »"

À Décaris

Si j’aime les trains c’est sans doute parce qu’ils vont
plus vite que les enterrements
dernier tango tu n’es qu’une sonnerie de clairon au fond
d’un corridor
J’enfile lentement des serrures dans mes doigts
Le crime dessine une parabole et retombe lourdement
sur ses pieds
Vous et cet autre vous et cet autre, vous ne fuirez pas
Les fleuves suspendus oscillent au gré des changements
de lune
La prodigieuse marée commence enfin
il vient des amants de partout
il en vient de colibri
il en vient de rose
La liberté belle noyée d’aluminium blanche et touchante
surnage sur les flots
Tout à l’heure elle s’envolera
et nous ne la reconnaîtrons plus
Au secours !
Je vais être noyé !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto