Poème 'Couplet du boucher' de Robert DESNOS dans 'État de veille'

Couplet du boucher

Robert DESNOS
Recueil : "État de veille"

La belle, si tu veux, je ferai ton lit
Dans le décor sanglant de ma boutique.
Mes couteaux seront les miroirs magiques
Où le jour se lève, éclate et pâlit.
Je ferai ton lit creux et chaud
Dans le ventre ouvert d’une génisse
Et, quand tu dormiras, pour qu’il te rajeunisse
Je veillerai sur lui comme un bourreau sur l’échafaud.

1942

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Tendre chair
    ----------------

    L'aimable boucher offre un confortable lit
    À la pucelle qui fréquente sa boutique.
    Le corps de la génisse a des pouvoirs magiques
    Si tu t'y introduis et oncques ne pâlis.
    On sait que le boucher est un être à sang chaud ;
    Les vierges de Paris, pour cela, le bénissent,
    Pourvu que, dans la nuit, son talent ne faiblisse
    (Mais Robert peut l'aider, il est pas mal costaud).

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS