Poème 'Cru' de Germain NOUVEAU dans 'Valentines'

Cru

Germain NOUVEAU
Recueil : "Valentines"

C’est vrai, je suis épileptique,
Je peux tomber trois fois par jour
D’une fenêtre, d’un portique,
Et d’une cloche de l’Amour.

Mais… quel est cet air de reproche ?
Ça ne fait que trois ? j’ai péché
Et d’un joli quartier de roche,
Où j’étais doucement niché.

Je tombe, tombe, tombe, tombe,
Ça fait bien quatre cette fois,
Si j’étais un mort dans sa tombe,
J’en tomberais… sur tous les toits.

C’est du moins ce que j’entends dire,
Et qu’un petit bruit, dans un coin,
A jadis tenté d’introduire
En ton délicieux Bourgoin.

La chose, hélas ! n’est pas nouvelle,
Et tous, des facteurs aux abbés,
Ont des potins dans leur cervelle ;
Les bras ne m’en sont pas tombés.

Ils sont là, non loin de ma bouche,
Je vous le dis sans embarras ;
Je souffre un peu si l’on y touche,
Surtout avec des doigts trop gras.

Ça n’a pas troublé ma pensée.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Germain NOUVEAU

Portait de Germain NOUVEAU

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français. Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto