Poème 'Dans la rue, le soir' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

Dans la rue, le soir

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

Neuf heures. On entend la retraite aux tambours.
Les grisettes s’en vont du côté des faubourgs,
Après avoir fini la tâche journalière.
C’est comme un coup de pied dans une fourmilière.
En waterproof, avec le petit sac de cuir,
Rapides, on les voit de tous côtés s’enfuir
Vers la famille ou vers les amours clandestines
Blanchisseuses de fin, piqueuses de bottines,
Filles de Montparnasse et de Ménilmontant,
Heureux, si son cœur bat, celui qui vous attend !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS