Poème 'Encore une fois' de marisolle

Encore une fois

marisolle

Encore une fois,

je me suis laissé aller

à la douceur de ta présence.

Mais je te fais confiance,

d’un mot, d’un trait,

ou d’un froncement de sourcil

tu vas m’imposer silence.

Fini alors, les rêveries folles,

les gambades dans

les prés de la poésie,

là-bas, rien n’est interdit,

je peux rêver

sans contrainte,

sans voir ton ombre

ma barrer le chemin.

Je peux si le coeur

m’en dit,

partir au loin

bien plus loin

que nous n’irons jamais

ensemble, limités

que nous sommes

par l’impossible,

par l’improbable

et je te vois d’ici

prendre ton regard d’acier

sévère et lointain.

Mais à présent,

je ne le laisse plus

me barrer le chemin.

Faut-il que de mes rêves

je me fasse silence,

faut-il que je reste

de marbre

ainsi que Galathée

sans devenir femme

faut-il enfin que,

une fois libérée,

je reprenne mes chaînes

fatalité, fatalitas !!

Mais que vient donc faire

Chéri-Bibi dans cette poèsie ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS