Poème 'Fidèle' de guillaumePrevel

Fidèle

guillaumePrevel

Tu avais tout de la vraie grandeur humaine,
Et ta mort cruelle me fit la plus grande des peines,
A un âge où l’on sort tout juste de l’enfance.
Le courage me manqua devant ton agonie et ta souffrance,
Et bien longtemps je gardais en moi ce remord affreux,
Brûlant d’une culpabilité qui me laissa douloureusement malheureux.
Les larmes qui sortirent ce jour là de mes yeux,
Furent le seul témoignage de mes adieux,
Pour mon amie animal à la grandeur humaine,
Pour toi mon chien dont le départ fut la plus grande de mes peines.

22 avril 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS