Poème 'Fils maudits' de guillaumePrevel

Fils maudits

guillaumePrevel

Suivant le vieux rite des guerriers
sans espoir
Je mourrai dans le brasier flamboyant
de la persécution morale

Seul, refusant la décadence
annoncée de l’humanité
Aux idéaux bafoués
Aux promesses de songes
Et dont l’étymologie reste
à déterminer en des termes
Moins Glorieux

Seul, je braverai les nouveaux interdits
Et je porterai le poids de ma nouvelle condition
Sur le chemin de croix
Comme un lourd fardeau de tristesse

Et je marcherai dans les cœurs xérophiles
des grandes villes sans âmes
Où la raison la pitié l’amour la compassion
n’existent qu’à l’état de bribes de balbutiements

Seul, je marcherai comme un aveugle
qui recouvre la vue sur un champs de bataille
Et qui a rêvé toute sa vie à la beauté
d’un monde dans l’obscurité de son isolement
En oubliant la nature profonde de l’homme

Et je serai seul, vaincu d’avance
Saigné par mes propres mains
Pour ne plus voir pour ne plus croire en rien
Car le seul fléau que la terre connaisse
Et le seul véritable Mal
A pour nom Humanité
et pour mon désespoir
J’en suis l’un des fils maudits.

Décembre 99

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS