Poème 'Intérieur (On vient de se lever)' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Intérieur (On vient de se lever)

Intérieur (On vient de se lever)

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

On vient de se lever. Les sueurs de la nuit
Montent des lits défaits dans l’atmosphère chaude.
Monsieur prend dans un coin son bain de pied sans bruit;
La femme, en cheveux, hume un bas, qu’elle ravaude,
Tandis qu’assis par terre – oh! le vilain méchant!
Toto sauce du poing un vieux débris d’écuelle,
Gémit, piaille, renifle et, tout en pleurnichant,
Fait des bulles de morve et suce une chandelle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto