Poème 'Je veus lire en trois jours l’Iliade d’Homere' de Pierre de RONSARD dans 'Second livre des Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Je veus lire en trois jours l’Iliade d’Homere

Je veus lire en trois jours l’Iliade d’Homere

Pierre de RONSARD
Recueil : "Second livre des Amours"

Je veus lire en trois jours l’Iliade d’Homere,
Et pour-ce, Corydon, ferme bien l’huis sur moy.
Si rien me vient troubler, je t’asseure ma foy
Tu sentiras combien pesante est ma colere.

Je ne veus seulement que nostre chambriere
Vienne faire mon lit, ton compagnon, ny toy,
Je veus trois jours entiers demeurer à requoy,
Pour follastrer apres une sepmaine entiere.

Mais si quelqu’un venoit de la part de Cassandre,
Ouvre lui tost la porte, et ne le fais attendre,
Soudain entre en ma chambre, et me vien accoustrer.

Je veus tant seulement à luy seul me monstrer :
Au reste, si un Dieu vouloit pour moy descendre
Du ciel, ferme la porte, et ne le laisse entrer.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un érudit cherchait le lieu natal d'Homère ;
    Un collègue lui dit que donc, il lui fallait
    Rencontrer un chercheur sortant de l'ordinaire,
    Le plus savant de tous, le maître Alphonse Allais.

    Allaure, dit Alphonse, est le nom de ce lieu :
    Il n'est plus temps que vous en doutassiez encore.
    « Merci », dit l'érudit, « pour cet avis précieux ;
    Mais comment... » « Vous savez : on dit "Homèr'd'Allaure. »

  2. Manoir girondin
    ---------------

    Au manoir girondin sont des scribes qui lisent,
    Passant en ce plaisir l’hivernale saison ;
    Buvant un peu de vin, se chauffant aux tisons,
    Faisant fort peu de cas de leur matière grise.

    Ils écrivent un peu, ils disent des bêtises,
    De blasons éclatants ils ornent la maison ;
    En la cuisine sont des gâteaux à foison,
    Ce que, me semble-t-il, aucun d’eux ne méprise.

    Ils ne sont certes pas successeurs de Platon
    Ni ne nul grand penseur, mais des bardes qu’ils aiment,
    Et pleins de bienveillance envers les marmitons.

    Jamais il ne voudront d’une sagesse extrême :
    Largement leur suffit l’amour de Margoton
    Et aussi, certains jours, du petit chat lui-même.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS