Poème 'Jour de chasse' de guillaumePrevel

Jour de chasse

guillaumePrevel

La nature lentement reprenait ses teintes automnales
Et abandonnait sa luxuriance et son exubérance estivales

La terre était encore fertile et chaude
Et berçait le coeur de randonneurs en maraude

Venus chercher au fond de la forêt, des champignons
Soudain, une jeune fille s’écroula frappée en plein front

Du sang coulait sur son beau visage virginal
Qui n’avait jamais été outragé par le mal

Des cris, de la stupeur, des pleurs de colère et de douleur
S’élevèrent contre la bêtise cruelle et la sauvagerie des chasseurs

Qui tiraient sans certitude sur de pauvres animaux
Alors, entendant les cris, ils agitèrent comme de grandes faux,

Leurs fusils meurtriers, en appelant enfin à cesser le feu
Prenant conscience, du tir perdu et malheureux

Qui ôta en quelques secondes, la vie à l’innocence
D’une jeune fille qui sortait à peine de l’enfance.

31 AOUT 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS