Poème 'L’Étape' de François COPPÉE dans 'Le Reliquaire'

L’Étape

François COPPÉE
Recueil : "Le Reliquaire"

Les longs récits autour du poêle, à la caserne,
La guinguette et l’amour ne sont plus de saison.
Boucle ton sac et sangle à tes reins la giberne ;
Conscrit, le régiment change de garnison.

La route est sèche et blanche, et lointain l’horizon ;
Si tes pieds sont meurtris, marche dans la luzerne,
Et ne regarde pas le houx de la taverne ;
Les traînards ont la belle étoile pour maison.

-Je suis du régiment de misère. La tombe,
Dernière étape, est loin encore, et je succombe
De fa4ue, de faim, de soif et de chaleur.

Je marche, sans espoir que mon tourment s’apaise,
Et, comme un soldat fait de l’arme qui lui pèse,
Je ne puis que changer d’épaule ma douleur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Brèves de toile
    ----------------

    Plusieurs de mes sonnets sont des histoires brèves,
    Des portraits esquissés, des propos de saison.
    Ma mémoire, envahie par ma vie et mes rêves,
    Chaque jour se sature, et déborde à foison.

    Personnages venant de tous les horizons,
    Dans ce théâtre obscur, vous surgissez sans trêve,
    Assis à la taverne, allongés sur la grève,
    Ou sagement marchant vers la vieille maison.

    Comme une fresque ornant les parois d’une tombe,
    Mes mots disent vos traits qui jamais ne succombent
    À l’oubli, certes non, telle est votre valeur !

    Mais ce goût de narrer à certains jours s’apaise ;
    Je me mets en repos, sans que rien ne me pèse,
    Pas même le jardin où se fane une fleur.

  2. Licorne d’abondance
    -------------------------

    De la sainte licorne est la légende brève,
    Elle offre des fruits mûrs en fonction des saisons.
    Licorne d’abondance, éleveuse de rêves,
    Elle dicte au rimeur des sonnets à foison.

    Son manoir est au loin, derrière l’horizon,
    Dans ce séjour obscur, elle chante sans trêve ;
    Licorne de taverne et licorne de grève
    Lui ont rendu visite en sa vieille maison.

    Parfois, des pharaons voulaient que dans leur tombe
    Les suivît cette fée qui jamais ne succombe
    À la mélancolie, à l’ivresse des pleurs.

    La voix de la licorne en de tels cas s’apaise ;
    Elle reste immobile et se livre à l’ascèse,
    Son esprit renonçant aux désirs sans valeur.

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto