Poème 'La brume' de guillaumePrevel

La brume

guillaumePrevel

Quand la brume étendra son voile spectral
Sur mon corps glacé par le temps;
Et que soufflera sur moi le vent
Froid et éternel de la voute astrale.

Quand la chaleur de la vie sera éteinte
Quand les heures de ma jeunesse seront néant;
Et que le silence autour de moi sera si pesant
Sur ma poitrine écrasée par la dernière étreinte;

Et que mes yeux seront devenus des étoiles pales
Comme des soleils éteints après un long râle.
Alors je serai à mon tour mort!

Et la tristesse de ce monde immobile
Ne m’atteindra plus de ses maux volubiles,
A l’instant même ou la poussière redeviendra poussière.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS