Poème 'La chambre morte' de guillaumePrevel

La chambre morte

guillaumePrevel

La chambre est froide
Et a gardé l’image que j’en avais
Le parfum révolu des choses amplifiait
Une vieille empreinte roide

Le lit, la table rien n’avait bougé
Comme les vieux tableaux
Accrochés aux murs peints à la chaux
Tout semblait s’être figé

Comme victime d’un enchantement
Lancé par les anciens occupants
Des lieux depuis leur trépas

Pas un bruit, pas un son
Seul le poids du silence
Accompagnait ma présence!

9 avril 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS