Poème 'La jeune croyante' de guillaumePrevel

La jeune croyante

guillaumePrevel

A genoux sur son prie-Dieu,
Les yeux brouillés de larmes,
Elle prie Dieu.

La douceur de sa chevelure châtain,
Recueille la lumière colorée,
Qui tombe comme une pluie du matin,

Au travers des vitraux centenaires
Où revivent sous la caresse du soleil
L’histoire des saints légendaires.

Chaque jour, elle se présente,
Devant les bougies du maître-autel,
Dans la fraîche pâleur de la lueur naissante,

Serrant très fort contre son sein,
Les saintes écritures,
Et en implorant pieusement tous les saints.

Quelques prières encore,
Et elle se relève rayonnante,
Sous des lueurs d’or,

Remerciant au passage, les saintes vierges,
De pétales rouges et blanches de roses,
Et de quantité de cierges.

Toujours, elle fait cette promesse,
Sereine et quotidienne,
D’être présente à chaque messe,

Pour se rapprocher de Dieu,
Chaque fois un peu plus,
Et pour sentir son paradis heureux.

Alors enfin, sublime et très digne,
Elle remonte son voile de dentelle,
Sur son front blanc qu’elle signe,

Avant de s’incliner, une dernière fois,
En sortant de l’église,
Où elle vit pleinement sa foi.

30 Avril 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS