Poème 'La mort' de guillaumePrevel

La mort

guillaumePrevel

J’essuierai mes larmes mortels
avec des grains de sable siliceux
En me frottant le visage
de mes mains vengeresses
Et en appliquant cet onguent
de diamants abrasifs nerveusement
sur ma peau
Vous découvrirez alors ce que j’ai
toujours annoncé.
Lorsque mes mains dégouttantes
de sang
se seront écartées découvrant
mon visage
Fatigué par l’usure
Et vous verrez à travers le miroir
vivant de mon Etre meurtri
Et à travers les lambeaux
de ma chair tombante
Ce que j’ai toujours annoncé

Car je vous dévoilerai la face cachée
de la mort
Qui sommeille silencieuse
en chacun de nous
Dissimulée sous un masque
de vie trompeur
Alors vous connaîtrez le visage
terrifiant de la faucheuse démasquée
Et vous pourrez à votre tour
annoncer au monde entier
sa venue.

Décembre 99

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS