Poème 'La part du deuil' de guillaumePrevel

La part du deuil

guillaumePrevel

Il y a chez ceux qui s’en vont,
Une part importante de nous même,
Qui s’éloigne avec l’être aimé au teint blême,
Dans la terre que tous un jour nous nourrirons,

Car nous mourrons un peu plus à chaque fois,
A mesure que se multiplient les départs de nos proches,
Au rythme triste et sinistre du chant des vieilles cloches,
Qui battent et écrasent nos cœurs gelés par l’effroi,

La mort est un mystère qui arrête le temps douloureusement,
Et la vie se brise comme un miroir privé du reflet de son hôte,
Et alors la solitude, le désespoir et la peur s’accroissent atrocement!

Il y a chez ceux que nous aimons et qui, pour toujours s’en vont,
Une part toujours plus importante de nous même,
Car à chaque enterrement c’est un peu le nôtre que nous voyons!


23 juin 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS