Poème 'La Plage' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

La Plage

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Sur la plage où blanchit la mer dans les ténèbres,
Où le figuier frémit sous le poids des oiseaux,
Un homme, à demi-voix, n’a prononcé qu’un mot :
Celui qui l’a reçu s’éloigne sous les cèdres.

Il est l’heure. Bacchus entreprend sa conquête.
Un rendez-vous l’accable et, comme un ruisseau sourd,
L’espace le pénètre. Il fit nuit. Fait-il jour ?
Qu’importe, dispersez les foyers de la fête.

Dans un pays de bois et de fraiches rivières
Un homme sent couler, dans ses veines, son sang.
Il connait ce pays, ces hommes, leur accent.
Déjà l’odeur du sol lui était familière.

Sur la plage celui qui livra le secret
Gît avec un poignard entre les deux épaules,
Mais sa voix flotte encor sur l’eau, le long du môle
Et répète le mot d’où naquit son regret.

Sans cesse elle redit ces syllabes : Corinthe,
Et la terre gémit de langueur et de crainte.

Poème préféré des membres

ecnaida a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oiseaux dans le figuier
    -----------------------

    Rien dans ce beau jardin ne leur est étranger,
    Ce qu’ils ne savent pas, leur esprit l’imagine ;
    Sur l’arbre sont perchés des frangins, des frangines,
    C’est toute une fratrie de pilleurs de vergers.

    Cette troupe est sauvage et n’a pas de berger ;
    Nullement effrayés par le dieu misogyne,
    Ils sont toujours restés à leur lieu d’origine,
    Aucune imprécation ne les fera bouger.

    L’ombre des troncs leur est une horloge solaire,
    Ils subissent le froid sans se mettre en colère ;
    Ils aiment célébrer le jour à peine éclos.

    Or, la plupart du temps, ces oiseaux se baladent
    Parmi les fruits de pourpre et les feuilles de jade ;
    Mais à la fin du jour, ils regagnent l’enclos.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS