Poème 'La ronde de Barbe-Bleue' de Jules LAFORGUE dans 'Premiers poèmes'

La ronde de Barbe-Bleue

Jules LAFORGUE
Recueil : "Premiers poèmes"

Ouvrez la porte à deux battants
Ma petite femme ell’ m’attend.

Avance-moi un bon fauteuil
Donne-moi un verre d’eau fraîche
Ah ! qu’est-c’que c’est que cet accueil
N’as-tu pas reçu ma dépêche

Je l’ai reçue, je l’ai reçue :
Je vais te poser tes sangsues.

Qu’est-c’ qui remue dans ce placard ?
Rien c’est les mites des fourrures
Allons dormir, il se fait tard -
Ah! c’est les mites je te jure…

Ta main ! à quoi ell’ sent ?
Et il la mordit jusqu’au sang
Ah! c’est les mites !
Ah ! c’est les mites !

C’est moi qui suis Barbe-Bleue
Je serai digne de ce nom !
Et il l’étouffa à dessein
Sous de monumentaux coussins.
Oh ! l’assassin.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules LAFORGUE

Portait de Jules LAFORGUE

Jules Laforgue, né à Montevideo le 16 août 1860 et mort à Paris le 20 août 1887, est un poète du mouvement décadent français. Né dans une famille qui avait émigré en espérant faire fortune, il est le deuxième de onze enfants. À l’âge de dix ans, il est envoyé en France, dans la ville de Tarbes d’où est originaire... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto