Poème 'La trace' de guillaumePrevel

La trace

guillaumePrevel

Dans la trace mince de mes souvenirs,
Restent accrochés solidement la douceur de ton rire,
Et l’éclat adoré de ton charmant sourire.

Ô j’aurai traversé mille contrée mille hivers,
Pour revoir une seule fois la douceur de tes yeux verts!
Si seulement le temps au rythme pervers,

Ne m’éloignait pas des choses adorées,
Il me reste de toi la fragrance du parfum doré,
De ta peau et une mèche de ta chevelure mordorée.

Et les rêves eux aussi,
Me parlent de toi c’est ainsi,
Que naissent les regrets de la vie.

30 Août 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS