Poème 'La Vapeur' de Jules VERNE

La Vapeur

Jules VERNE

Maintenant la vapeur est à l’ordre du jour.
Tout marche par son aide ! Est-ce un bien pour le monde ?
Pour bien choisir sur terre où toute chose abonde,
Faut-il donc se hâter, lorsqu’on en fait le tour.

On vole désormais sur la terre et sur l’onde ;
On fait sans y penser l’aller et le retour ;
On singe le soleil qui, lorsqu’il fait sa ronde,
Mesure en une nuit le céleste séjour.

Ce ne peut être un bien que dans ces temps de guerre,
Où sont anéantis ces hommes qui naguère
Marchaient contre la mort sans reproche et sans peur,

Si trompant l’ennemi par sa subtile ruse,
Refaisant des guerriers autant que l’on en use,
L’amour toutes les nuits marchait à la vapeur !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poterne du dragon
    -------------------

    Ces gardiens n'ont jamais connu l'astre du jour ;
    Ils se sont réchauffés aux feux de l'inframonde,
    Ignorant les jardins où la douceur abonde
    Ainsi que les palais aux orgueilleuses tours.

    Sombre est cet univers, froides en sont les ondes,
    Ceux qui viennent ici, c'est souvent sans retour ;
    Le sinistre oreillard y fait parfois sa ronde,
    Hadès prend sa pitance en cet obscur séjour.

    Certes, les visiteurs ne s'y bousculent guère,
    À peine plus nombreux à l'issue d'une guerre,
    Même de s'approcher, on dirait qu'ils ont peur.

    Pour y faire excursion, le druide parfois use
    D'une forte portion, et,grâce à cette ruse
    Chaque gardien savoure une chaude torpeur.

  2. Lampe à huile d’inframonde
    -------------------------

    N’allumez surtout pas cette lampe infernale,
    Car c’est le lumignon des grands démolisseurs.
    Elle qui fut forgée par les affaiblisseurs,
    Ils en ont éclairé des horreurs peu banales.

    Ici n’est point le lieu des actions triomphales ;
    Ici, c’est un terrain pour les pervertisseurs
    Sur qui toujours Satan sera l’enchérisseur,
    C’est ainsi que le veut sa vocation fatale.

    Les anges jusqu’ici n’osent jamais voler,
    Car de cruels démons pourraient les immoler,
    Ou bien les pervertir, ou bien des choses pires.

    La lampe, cependant, n’est pas vendue bien cher,
    Elle est loin de coûter une livre de chair
    (Comme certains trésors de l’infernal empire).

  3. Démons alpestres
    ---------

    Elle nous appartient, la montagne infernale,
    Même sa neige pure est hostile aux glisseurs ;
    D’assez mauvais destins nous sommes les tisseurs,
    De morts inattendues et de vies trop banales.

    Ne tente point d’un pic l’ascension triomphale,
    De ton tragique sort tu verrais la noirceur ;
    Tu ne dois surtout pas nous traiter de farceurs,
    Une telle ironie pourrait t’être fatale.

    Les Anges de la Mort, tu peux les voir voler,
    Tu es, en leur présence, un peu déboussolé ;
    En ces monts infernaux, tu dois t’attendre au pire.

    Quant à nous, de ta vie, nous ne donnons pas cher ;
    Tu ne connaîtras plus les plaisirs de la chair,
    Ton coeur va s’endormir au ténébreux empire.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS