Poème 'L’oméopathie' de Jules VERNE

L’oméopathie

Jules VERNE

Les fougueux partisans du savant
Hippocrate
Voient avec trop d’horreur ces médecins nouveaux,
Qui donnent pour guérir ce qui cause les maux,
Et se sont décorés du mot :
Oméopathe !

Les anciens médecins de colère ponceaux
Veulent les transformer en sujets d’Harpocrate !
Pour leur mettre une corde en guise de cravate,
Ils cherchent en hurlant des gibets, des bourreaux !

Oh ! ne vous pressez pas, médecins trop barbares !
Ne vous comportez pas comme de vrais
Tartares !
Le remords vous viendrait ensuite sans retour !

La question est-elle assez approfondie ?
Ne faut-il pas traiter sic quelque maladie ?
Comment peut-on guérir l’amour ?
Avec l’amour !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS