Poème 'Le Silence dans une église' de Jules VERNE

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules VERNE > Le Silence dans une église

Le Silence dans une église

Jules VERNE

Au levant de la nef, penchant son humide urne,
La nuit laisse tomber l’ombre triste du soir ;
Chasse insensiblement l’humble clarté diurne ;
Et la voûte s’endort sur le pilier tout noir ;

Le silence entre seul sous l’arceau taciturne,
L’ogive aux vitraux bruns ne se laisse plus voir ;
L’autel froid se revêt de sa robe nocturne ;
L’orgue s’éteint ; tout dort dans le sacré dortoir !

Dans le silence, un pas résonne sur la dalle ;
Tout s’éveille, et le son élargit sa spirale,
L’orgue gémit, l’autel tressaille de ce bruit ;

Le pilier le répète en sa cavité sombre ;
La voûte le redit, et s’agite dans l’ombre…
Puis tout s’éteint, tout meurt, et retombe en la nuit !

Poème préféré des membres

guillaumePrevel et CathyVole ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Acrostiche
    --------------

    Comme la cendre vaine emprisonnée dans l'urne
    Oublie ce qu'elle fut, comme l'oiseau du soir
    Retourne vers son nid aux derniers rayons diurnes,
    Nous nous dirigeons tous vers le grand séjour noir.

    Et cela suffit à nous rendre taciturnes,
    Guettant cet ennemi que l'on ne saurait voir ;
    Il semble nous parler en des instants nocturnes,
    Disant : "Tu dormiras bientôt dans mon dortoir".

    Ombre noyant parfois le sol de froides dalles,
    Un souffle froid qui va le long d'une spirale,
    Il ne se fait point voir, il n'émet aucun bruit ;

    L'adversaire est partout, dans chaque recoin sombre,
    Le froid de sa présence est ressenti dans l'ombre
    Et rappelle aux mortels l'approche de la nuit.

  2. http://www.desordre.net/textes/bibliotheque/auteurs/ubu/a3s3.html

    1 ultime grâce ?
    Pour se farcir de malice
    Sir Cornegibouille ?

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS