Poème 'Quand par le dur hiver…' de Jules VERNE

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules VERNE > Quand par le dur hiver…

Quand par le dur hiver…

Jules VERNE

Quand par le dur hiver tristement ramenée
La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,
Laissez geindre du temps la face enchifrenée.
Par nos nombreux fagots, rendez-moi l’âtre étroit !

Par le rêveur oisif, la douce après-dînée !
Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit
Au bonheur ! — il ne veut devant sa cheminée
Qu’un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;
La flamme s’élargit, comme une étoile jette
L’étincelle que l’oeil dans l’ombre fixe et suit ;

Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;
L’illusion redouble ; heureux ! il pense joindre
A la chaleur du jour le charme de la nuit !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Fleur de mémoire
    ---------------

    Formes, couleurs et voix, du passé ramenées
    Quand les doigts de la pluie résonnent sur le toit,
    Figure d’autrefois faiblement dessinée
    Par un esprit songeur, est-ce moi, est-ce toi ?

    C’est une lettre aussi, jadis acheminée
    Vers une autre maison ; et certains soirs, je crois
    La trouver sur la chaise ou sur la cheminée,
    Sur la table de nuit, ou dans d’autres endroits.

    La mémoire connaît les avoirs et les dettes ;
    Les divers éléments qu’elle garde ou rejette
    Sont tenus par ce fil qu’au labyrinthe on suit,

    Et ceux que l’on croirait d’une importance moindre
    Des plus graves d’entre eux ne se peuvent disjoindre,
    Cent mille souvenirs ont dansé dans la nuit.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS