Poème 'La Vision de Khèm' de José-Maria de HEREDIA dans 'Les Trophées'

La Vision de Khèm

José-Maria de HEREDIA
Recueil : "Les Trophées"

I

Midi. L’air brûle et sous la terrible lumière
Le vieux fleuve alangui roule des flots de plomb ;
Du zénith aveuglant le jour tombe d’aplomb,
Et l’implacable Phré couvre l’Égypte entière.

Les grands sphinx qui jamais n’ont baissé la paupière,
Allongés sur leur flanc que baigne un sable blond,
Poursuivent d’un regard mystérieux et long
L’élan démesuré des aiguilles de pierre.

Seul, tachant d’un point noir le ciel blanc et serein,
Au loin, tourne sans fin le vol des gypaëtes ;
La flamme immense endort les hommes et les bêtes.

Le sol ardent pétille, et l’Anubis d’airain
Immobile au milieu de cette chaude joie
Silencieusement vers le soleil aboie.

II

La lune sur le Nil, splendide et ronde, luit.
Et voici que s’émeut la nécropole antique
Où chaque roi, gardant la pose hiératique,
Gît sous la bandelette et le funèbre enduit.

Tel qu’aux jours de Rhamsès, innombrable et sans bruit,
Tout un peuple formant le cortège mystique,
Multitude qu’absorbe un calme granitique,
S’ordonne et se déploie et marche dans la nuit.

Se détachant des murs brodés d’hiéroglyphes,
Ils suivent la Bari que portent les pontifes
D’Ammon-Ra, le grand Dieu conducteur du soleil ;

Et les sphinx, les béliers ceints du disque vermeil,
Éblouis, d’un seul coup se dressant sur leurs griffes,
S’éveillent en sursaut de l’éternel sommeil.

III

Et la foule grandit plus innombrable encor.
Et le sombre hypogée où s’alignent les couches
Est vide. Du milieu déserté des cartouches,
Les éperviers sacrés ont repris leur essor.

Bêtes, peuples et rois, ils vont. L’uraeus d’or
S’enroule, étincelant, autour des fronts farouches ;
Mais le bitume épais scelle les maigres bouches.
En tête, les grands dieux : Hor, Khnoum, Ptah, Neith, Hathor.

Puis tous ceux que conduit Toth Ibiocéphale,
Vêtus de la schenti, coiffés du pschent, ornés
Du lotus bleu. La pompe errante et triomphale

Ondule dans l’horreur des temples ruinés,
Et la lune, éclatant au pavé froid des salles,
Prolonge étrangement des ombres colossales.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. III bis : Trois grandes charrues de bois
    ------

    La première charrue facilite l’effort ;
    Tous les sols, sous son soc, deviennent tendre couche
    Aspirant à nourrir nos innombrables bouches,
    La première charrue prend vite son essor.

    La deuxième charrue cultive le blé d’or.
    Elle peut éloigner les prédateurs farouches,
    Dissuadant aussi les ravageurs très louches ;
    La deuxième charrue est d’un aimable abord.

    La troisième charrue s’avance, triomphale ;
    Il la fait avancer, le cheval Bucéphale,
    Attelé par des liens et des rubans ornés.

    Entretenons-les bien, ces charrues colossales,
    Rangeons les pour l’hiver dans la plus belle salle :
    Elles qui vont, demain, richesses amener.

Rédiger un commentaire

José-Maria de HEREDIA

Portait de José-Maria de HEREDIA

José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905) est un homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. En tant que poète, c’est un des maîtres du mouvement parnassien, véritable joaillier du vers. Son œuvre poétique est constituée d’un unique recueil, « Les... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto