Poème 'Le Baleinier' de Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Le Baleinier

Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Regardez ce vaisseau, dont une mer fatale
Semait d’écueils tranchants la route boréale ;
Qui, captif de l’hiver, dont l’acerbe rigueur
De ses muscles de cuivre oxydait la vigueur,
Voyait le pôle, armé d’immobiles naufrages,
Autour de sa voilure engourdir ses cordages ;
Et qui, par le printemps, loin du pôle emporté,
Du soleil qu’il revoit sent la chaude clarté
De ses agrès roidis assouplir la rudesse !
De ses ailes de lin dégonflant la paresse,
Il se rouvre les flots qu’il avait crus d’airain ;
Fier des dangers franchis, il vogue en souverain ;
Mais du froid, dont il sort, le récent esclavage
Sous un ciel sans péril poursuit son sourd ravage ;
Et, victime du Nord, le navire infiltré
S’engloutit au soleil qui l’avait délivré.
Et cherchez maintenant le sens de ce symbole !
Vous en voyez plus d’un sous cette parabole.
Moi, celui que j’y vois, c’est que souvent, hélas !
Au sort qu’il a vaincu l’homme ne survit pas.
Le destin terrassé garde longtemps rancune.
Qu’on laisse prendre au cœur le pli de l’infortune,
Le salut vient trop tard : et, sourdement blessé,
On meurt, en plein bonheur, de son malheur passé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Portait de Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Jules Lefèvre-Deumier, né le 14 juin 1797 à Paris où il est mort le 11 décembre 1857, est un écrivain et poète français. Son vrai nom était Lefèvre, auquel il ajouta Deumier en hommage à une tante qui lui avait légué sa fortune, assez considérable. Profondément romantique, ses modèles étaient André Chénier et Byron.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto