Poème 'Le fruit du doute' de guillaumePrevel

Le fruit du doute

guillaumePrevel

Au fruit du doute, je donnais la mesure
Qu’à bien avancer, pas à pas…
Je donnais le change au son de mes murmures
J’éloignais par mes silences les regrets d’ici-bas

Depuis les craintes se sont toutes éloignées
Mon coeur est devenu sourd aux douceurs de l’amour
Et ne veut plus qu’on songe à le soigner
Tant la tièdeur a fraîchi en ces jours.

Je reste à présent sous le tonnerre
A écouter la musique assourdissante
De la tempête et du cri de la mer
Espérant voir la lame surgissante

Envahir l’immensité blême de la plage
Où mon âme aveugle demeure
En attendant la vérité qui soulage
Tandis que le néant régnera dans la douleur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS