Poème 'Les Gorges froides' de Robert DESNOS dans 'C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »'

Les Gorges froides

Robert DESNOS
Recueil : "C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »"

À Simone

À la poste d’hier tu télégraphieras
que nous sommes bien morts avec les hirondelles.
Facteur triste facteur un cercueil sous ton bras
va-t’en porter ma lettre aux fleurs à tire d’elle.

La boussole est en os mon cœur tu t’y fieras.
Quelque tibia marque le pôle et les marelles
pour amputés ont un sinistre aspect d’opéras.
Que pour mon épitaphe un dieu taille ses grêles !

C’est ce soir que je meurs, ma chère Tombe-Issoire,
Ton regard le plus beau ne fut qu’un accessoire
de la machinerie étrange du bonjour.

Adieu ! Je vous aimai sans scrupule et sans ruse,
ma Folie-Méricourt, ma silencieuse intruse.
Boussole à flèche torse annonce le retour.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44, guillaumePrevel et esther ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. parfait

  2. Tristes deux mille vins
    ------------

    C'est l'année du virus et c'est l'année du rat,
    L'an prochain nous aurons l'année des hirondelles ;
    Beaucoup de professions ici manquent de bras,
    Car une épidémie fait beaucoup parler d'elle

    Le virus est mutable et fol qui s'y fiera,
    Avec ton ADN il joue à la marelle ;
    Tes poumons ont souffert, que point l'on n'opéra,
    Tant de méchanceté dans un tel être grêle...

    Faut-il vous en parler, vous raconter l'histoire
    Des grands lits d'hôpital et de leurs accessoires ?
    Mais contre un pareil monstre il n'est point de recours.

    De ces petits machins, terribles sont les ruses,
    Nul ne sait quoi penser de leur substance intruse ;
    Mais de notre santé nous verrons le retour.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS