Poème 'Les hypocrites' de guillaumePrevel

Les hypocrites

guillaumePrevel

Dans un silence faussement respectueux
Ils s’assoient côte à côte dans l’église
Là où le blasphème n’est pas de mise
Tant que se pose le regard du bon dieu

Sous le toit des mystères tous répètent bêtement
Les paroles du respecté Padre
Qui annonce hypocritement effaré
Que les hommes ne vivent plus saintement

Alors les mines des très ferventes ouailles
Se crispent comme celles des vieilles canailles
Car tous (même le Padre!) indubitablement se sentent visés

Puis, à la queue leu leu ils gobent le Saint sacrement
En se prosternant comme des acteurs, dévotement
Avant de s’en retourner rassurer à leur vie de pêchés

8 Octobre 2017

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS