Poème 'Les ruines du quotidien' de guillaumePrevel

Les ruines du quotidien

guillaumePrevel

Tous les matins résignés, ils s’entassent,
Dans des wagons sales à la lumière d’ivoire,
Le regard perdu comme des bêtes qu’on mène à l’abattoir,
Ils se serrent à contre-cœur pour éviter la menace,

De leurs congénères qui risquent de rester à quai!
Alors l’atroce sirène retentit bruyamment dans la tine,
Et les portes se referment comme des guillotines,
Sur ces malheureux qui ne sont au final que des laquais,

Privés de liberté, de révolte et d’espérance,
Chahutés, bousculés sur le chemin de leurs errances,
Qui les ramènent toujours sur des rives d’amertume.

Et ils épuisent inutilement les forces de leur pauvre santé,
Qui les laissent flétris aux soirs de leurs vies épouvantées,
Tant le servage pathétique a fini de ruiner la trace de leurs rêves.

28 Mars 2014

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Oups, je me suis emmêlée, j'ai commenté un de mes poèmes au lieu du vôtre...
    J'écrivais:
    Effroyable quotidien... (même s'il peut être parfois merveilleux...). Ca fait froid dans le dos et nous rappelle l'importance de rester éveillé.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS