Poème 'L’horloge comtoise' de guillaumePrevel

L’horloge comtoise

guillaumePrevel

Cette vieille horloge comtoise où brûlent les heures
Où s’accrochent des toiles d’araignées folles
Où s’accrochent fiévreusement les vapeurs d’alcool
Les soirs de mes sombres et violentes rancœurs

Oh l’affreux reflet dans le miroir
Qui est cet homme qui rit?
Qui n’exprime que tristesse et furie
Quelle est donc son histoire?

Minuit!…le Tic Tac fou résonne!
Oh les minutes tardives où l’on déraisonne!
Abandonné avec soi-même!

Dong!…Dong!…la folie se cramponne
Délire!…mauvais rêve!…idées noires!…
Voilà que grandissent les ombres et le désespoir!

05 Décembre 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS