Poème 'Ni de son chef le trésor crépelu' de Pierre de RONSARD dans 'Premier livre des Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Ni de son chef le trésor crépelu

Ni de son chef le trésor crépelu

Pierre de RONSARD
Recueil : "Premier livre des Amours"

Ni de son chef le trésor crépelu,
Ni de son ris l’une et l’autre fossette,
Ni l’embonpoint de sa gorge grassette,
Ni son menton rondement fosselu,

Ni son bel oeil que les miens ont voulu
Choisir pour prince à mon âme sujette,
Ni son beau sein dont l’Archerot me jette
Le plus aigu de son trait émoulu,

Ni son beau corps, le logis des Charites,
Ni ses beautés en mille coeurs écrites,
N’ont esclavé ma libre affection.

Seul son esprit, où tout le ciel abonde,
Et les torrents de sa douce faconde,
Me font mourir pour sa perfection.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Jardin d’or
    -------------

    Ce jardin dort dans un calme absolu,
    Je n’y entends mésange ni fauvette ;
    En sa cité se repose l’avette,
    À peine ronfle un vieux troll chevelu.

    Deux noirs goupils jettent leur dévolu
    Sur une cage, où loge une poulette ;
    Aux flaques d’eau, leur habit se reflète,
    Obscur, comme est leur esprit dissolu.

    Jusqu’au matin, nul arbre ne s’agite,
    Le jardin dort, et tous ceux qui l’habitent,
    Sauf la volaille, emportée dans les bois.

    Sires goupils, quand leur pâture abonde,
    Disent ce lieu le plus noble du monde ;
    Point ne leur faut de nos festins bourgeois.

  2. Cosmocrocodile
    -------------------

    Un crocodile en quête d’absolu
    S’est envolé à bord d’une navette ;
    Il veut quitter la fragile planète
    Dont les beaux jours sont bientôt révolus.

    Sur un trou noir jetant son dévolu,
    Il accélère ainsi qu’une comète ;
    Dans son regard, le cosmos se reflète,
    Obscur, comme est son esprit résolu.

    Dans le trou noir, nul photon ne s’agite,
    On ne sait rien de tous ceux qui l’habitent,
    Fiers neutrinos et quarks de bon aloi.

    Jamais, là-bas, la pâture n’abonde,
    Car c’est le lieu le plus sombre du monde ;
    Ce crocodile est plus vaillant que moi.

Rédiger un commentaire

Pierre de RONSARD

Portait de Pierre de RONSARD

Pierre de Ronsard (né en septembre 1524 au manoir de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir en Vendômois et mort le 28 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du XVIe siècle. « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard, adepte de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto