Poème 'Nominations' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (face au Midi)'

Nominations

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (face au Midi)"

Chaque officier, civil ou militaire, détient son titre dans l’Empire. De soi-même le nom se glorifie ; le grade et la faveur grandissent : obtenir un emploi du Prince n’est-ce pas là le plus noble but ?

Je veux investir mes êtres familiers. Qu’ils n’envient plus rien désormais aux sages, aux Saints, aux conseillers et aux généraux qui ne fuient pas devant l’ennemi, — car je décide :

Ce laurier fidèle et fleuri sera mon satellite ; ce pin qui m’observe et reste droit est fait juge de seconde classe ; mon puits devient Grand Astrologue puisqu’il voit le Ciel profond en plein jour.

Reconnaissons que dans la basse-cour, ce volatile est Maître des Cérémonies : n’a-t-il point, de par la naissance, la noble démarche du canard ?

o

Ainsi, recevez de moi vos apanages, ô mes êtres familiers, et en raison de vos qualités justes. Tel par le Fils du Ciel le Mont T’aï pour sa hauteur et son poids déclaré Duc et gardien de l’Empire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Accession aux titres de gloire
    -------------------------------------

    L'empereur te fait duc, archevêque ou vicomte ;
    Il faut célébrer ça d'un grand verre de vin,
    Sans t'attacher, pourtant, au simulacre vain :
    C'est ce que tu produis, et rien d'autre, qui compte.

    Segalen, empereur d'un monde imaginaire,
    A nommé satellite un modeste laurier,
    Juge un pin vertical (pourquoi pas trésorier ?)
    Puis astrologue un puits s'enfonçant dans la terre.

    Au canard il accorde un grade honorifique,
    C'est le plus éminent dedans la basse-cour ;
    Tu te ris, Segalen à plume de velours,
    L'an prochain, tu leur mets des couleurs héraldiques !

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS