Poème 'Plume s’en va…' de guillaumePrevel

Plume s’en va…

guillaumePrevel

Cinq printemps, cinq étés,
Cinq automnes, cinq hivers,
Le temps insaisissable a passé,
Aussi vite que la journée d’hier!

Les voiles des rideaux doucement frémissent,
Son regard est morne, lui d’habitude si joyeux,
Ses espiègles et mignonnes petites vibrisses,
Retombent comme les branches d’un saule malheureux,

Cinq ans c’est l’âge merveilleux de l’insouciance,
Mais la maladie cruelle et vorace,
S’en est pris à la pureté et à l’innocence,
Cette chose là, jamais ne s’embarrasse,

Des questions morales, la mort est glaciale et sauvage,
Aucune supplique, aucune prière ne peut l’émouvoir,
Oh! comme grande est notre impuissante rage!
Oh! Que tout cela est triste et fait peine à voir!

Dieu!…si tu existes en ton Paradis,
Intercède pour la petite Plume!
Laisse-la demeurer auprès de Cannelle son amie
Fais de sa tumeur, un minuscule petit rhume,

Que sa courte vie de petit chat,
Ne soit pas compromise ainsi!
Laisse-la se réchauffer au creux de nos bras,
Fais triompher sur la mort, la puissance de la vie.

11 septembre 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS