Poème 'Poison perdu' de Germain NOUVEAU dans 'Premiers poèmes'

Poison perdu

Germain NOUVEAU
Recueil : "Premiers poèmes"

Des nuits du blond et de la brune
Pas un souvenir n’est resté
Pas une dentelle d’été,
Pas une cravate commune ;

Et sur le balcon où le thé
Se prend aux heures de la lune
Il n’est resté de trace, aucune,
Pas un souvenir n’est resté.

Seule au coin d’un rideau piquée,
Brille une épingle à tête d’or
Comme un gros insecte qui dort.

Pointe d’un fin poison trempée,
Je te prends, sois-moi préparée
Aux heures des désirs de mort.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans la nuit de sable
    ------------------------

    Marsupilami, nuit sans lune,
    Les parfums du jour sont restés ;
    Aussi, la douceur de l’été,
    Puis, le firmament, sans lacune.

    Quelques insectes, sur les dunes,
    Vont explorant des cavités ;
    Le Marsu, plein de gravité,
    Croque leurs carapaces brunes.

    Coléoptère aux reflets d’or,
    Ton prédateur jamais ne dort :
    S’il dort, c’est une sieste brève.

    -- Marsupilami, dis quel vin
    Accompagna ce repas fin !
    -- Je suis sobre, et ne bois qu’en rêve.

Rédiger un commentaire

Germain NOUVEAU

Portait de Germain NOUVEAU

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français. Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto