Poème 'Printemps' de Robert DESNOS dans 'Ce cœur qui haïssait la guerre'

Printemps

Robert DESNOS
Recueil : "Ce cœur qui haïssait la guerre"

Tu, Rrose Sélavy, hors de ces bornes erres
Dans un printemps en proie aux sueurs de l’amour,
Aux parfums de la rose éclose aux murs des tours,
à la fermentation des eaux et de la terre.

Sanglant, la rose au flanc, le danseur, corps de pierre
Paraît sur le théâtre au milieu des labours.
Un peuple de muets d’aveugles et de sourds
applaudira sa danse et sa mort printanière.

C’est dit. Mais la parole inscrite dans la suie
S’efface au gré des vents sous les doigts de la pluie
Pourtant nous l’entendons et lui obéissons.

Au lavoir où l’eau coule un nuage simule
À la fois le savon, la tempête et recule
l’instant où le soleil fleurira les buissons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je le trouve assez bien

  2. bof mais robert aime le sex

  3. De quelle annee date ce poeme ?

  4. Du 6 avril 1944 (après Jésus-Christ)
    ·
    D'autres questions ?

  5. Rrose Sélavy, madame mystique,
    Rrose Sélavy, mystique mouquère,
    pensait domestiquer des moustiques
    en en enfermant dans des moustiquaires

  6. C'est du 6 avril 1944 AVANT jesus crie

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto