Poème 'Quand la nuit s’allonge…' de guillaumePrevel

Accueil > Les membres > Page de poésie de guillaumePrevel > Quand la nuit s’allonge…

Quand la nuit s’allonge…

guillaumePrevel

Quand la nuit s’allonge
Et te remplace
Aux heures qui rongent
Mes chairs coupables et me glacent

Près de la place restée vide
Dans le lit de mes envies
Je reste absent et livide
A compter les jours solitaires de ma vie

Depuis lors mon cœur endormi s’allonge
A la place laissée désespérément vide
Et mes pensées et mes songes
Restent pour toi, sublime qui lentement me suicide

Les pièces rapportées de mon être
Sont en morceaux de rien
Qu’est-ce donc que paraître?
Sans celle qui nous faisait tant de bien!

Nous ne sommes que poussière et sable
Sur une plage tourmentée
Que le vent vénérable
Se plaît à balayer!

Quand la nuit épaisse s’annonce
Je sens les regrets s’appesantir
Et ils sont comme un coup de semonce
Dans mon cœur abîmé déjà prêt à mourir!

25 juillet 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS