Poème 'Récits épiques – Duel de Raffinés' de François COPPÉE dans 'Les Récits et les Élégies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François COPPÉE > Récits épiques – Duel de Raffinés

Récits épiques – Duel de Raffinés

François COPPÉE
Recueil : "Les Récits et les Élégies"

Dans le flot des manants qui devant eux s’entr’ouvre,
Deux raffinés, allant par le Pont-Neuf au Louvre,
Causent joyeusement, bras dessus, bras dessous.

Ils sont, en vérité, charmants, les jeunes fous !
L’ombre que sur leurs yeux jette le feutre à plume
Fait briller leurs regards que la vaillance allume,
Et leur rire amical est encor belliqueux.
Ils ont vingt ans, et nul ne sait aussi bien qu’eux
Du bout d’un gant de daim friser une moustache
Et comment une cape espagnole s’attache.
L’un est bon fauconnier, et l’autre bon veneur,
Et ce sont vraiment là deux raffinés d’honneur,
Depuis leurs longs cheveux fleurant les bergamotes
Jusqu’à leurs petits pieds chaussés de fines bottes
Dont un flot de dentelle emplit les entonnoirs.

Et le brun aux yeux bleus dit au blond aux yeux noirs :

« Que je sois mis au ban de la cour et du monde,
Si je sommeille ailleurs que sur cheveux de blonde !
C’est le seul oreiller délicat et moelleux. »

Et le blond aux yeux noirs dit au brun aux yeux bleus :

« Et moi, dorénavant, dans mes bonnes fortunes,
Vive Dieu ! je ne veux céder qu’aux femmes brunes.
Garde pour toi tes lys. — Et pour toi tes soucis,
Dit l’autre, qui déjà redresse les sourcils.
Mais tu me parles là bien vertement, vicomte.

— On t’en rendra raison, si tu veux. — Mais j’y compte.
— A l’épée ? — A l’épée. — A merveille, marquis.
— Quand cela ? — Sur-le-champ. — Sur-le-champ, c’est exquis.
Foin des édits du fils trop chaste d’Henri quatre !
Ce gai soleil d’avril est charmant pour se battre.
Descendons sur la berge ; on nous gênera moins. »

Ils prennent en passant deux suisses pour témoins,
S’en vont au bord de l’eau, jettent là sur les pierres
Chapeaux et mantelets, et tirent leurs rapières.

Les deux soldats, en gens courtois, en font autant.

On s’aligna. Ce fut l’affaire d’un instant.
En méthode d’escrime, est bien fou qui s’obstine
A mettre la lombarde avant la florentine.
Le marquis, par un coup terriblement sournois,
Fut digne de son maître, Astolfo le Siennois.
Le vicomte, percé d’une longueur de lame,
Tomba, fit un sursaut ou deux, et rendit l’âme.
Alors, en rajustant au vainqueur son pourpoint,
L’un des soldats lui dit : « Vous le haïssiez ? — Point.
— Peut-on vous demander la cause de l’affaire ?
— La couleur des cheveux qu’il convient qu’on préfère.
Il était pour les noirs, moi je suis pour les blonds.
— Vous avez été vif, mon gentilhomme… Allons !
Pour cheveux blonds ou noirs faut-il qu’on se courrouce ?
— C’est vrai, dit le bretteur, car ma maîtresse est rousse. »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto