Poème 'Rue Marsollier' de guillaumePrevel

Rue Marsollier

guillaumePrevel

Hommage à Ronan Gosnet

Les fleurs sont défraîchies
Voici déjà l’heure de l’oubli
Les feuillages ne sont plus verts
Et tirent sur des jaunes trop clairs

Les fleurs brûlées, comme l’émotion retombent
Froide sera la solitude de la tombe!
La joie de la jeunesse de naguère
Ne rime plus aujourd’hui qu’avec la violence et la guerre!

Le temps effacera la douleur
Quand disparaîtront les fleurs
Et les proches du malheureux disparu

Les années passeront
Les hommes trépasseront
D’autres plus sages (peut-être!) relèveront nos défis!

19 SEPTEMBRE 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS