Poème 'Sonnet mis au devant d’un petit traicté que je feis' de Mellin de SAINT-GELAIS

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Mellin de SAINT-GELAIS > Sonnet mis au devant d’un petit traicté que je feis

Sonnet mis au devant d’un petit traicté que je feis

Mellin de SAINT-GELAIS

intitulé « Advertissement sur les jugemens d’Astrologie,
A une studieuse Damoiselle »

Ne craignez point, plume bien fortunee
Qui vers le ciel vous allez eslevant,
Faire ruyne, Icarus ensuivant,
Qui trop haulsa l’oesle mal empennee.

Du beau soleil où estes destinee
Vous n’irez point la chaleur esprouvant,
Mais deviendrez, soubs ses raiz escrivant,
De sa clarté belle et enluminee.

Et si vollant parmy le grand espace
De ses vertuz quelque feu concevez,
Ja moins pourtant ne vous en eslevez ;

Ce ne sera feu qui brusle ou defface,
Mais bien faira sa divine estincelle
Comme Phenix revivre et vous et elle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Mellin de SAINT-GELAIS

Portait de Mellin de SAINT-GELAIS

Mellin de Saint-Gelais (ou Melin de Saint-Gelays ou de Sainct-Gelais), né à Angoulême vers 1491 et mort à Paris en octobre 1558, est un poète français de la Renaissance, qui eut les faveurs de François 1er. Il était fort probablement le fils naturel de Jean de Saint-Gelais, marquis de Montlieu, qui appartenait à la petite... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto